Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 20:56

ALGER- Soixante (60) entreprises de différentes nationalités, dont sept algériennes, ont été choisies par le ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme pour la réalisation des grands ensembles intégrés dans le cadre du programme public de logements.

   Le ministère a publié dans la presse nationale la Short-list des entreprises retenues suite à l’appel à présélection national et international restreint lancé février dernier.

   Sur cette liste, le ministère a sélectionné 7 entreprises publiques et privées algériennes dont deux filiales d’entreprises égyptienne et turque en Algérie.

   La Short-list contient également 20 entreprises chinoises, 10 turques, 6 espagnoles, 5 portugaises, 4 françaises et 2 autres entreprises italiennes.

   La Belgique, le Brésil, l’Inde, la Jordanie, le Liban et la Roumanie sont aussi présents sur cette liste par une entreprise pour chacun.

   Ces entreprises, de grande taille et de bonne réputation internationale dans leur majorité, prendront en charge l’étude et/ou la réalisation d’ensembles intégrés de 2.000 à 5.000 logements avec les équipements d’accompagnement (écoles, centres de santé, centres de police, infrastructures de sports et de loisirs, jardins...etc.) créant ainsi une rupture avec les cités "dortoirs" construites dans le passé.

   Les projets de logements inférieurs à 2.000 unités seront attribués à des entreprises algériennes et étrangères de gré à gré ou aux joint-ventures (sociétés mixtes) nouvellement créées.

   Plus de 200 multinationales de 13 nationalités avaient retiré le cahier des charges relatif à l’appel de présélection lancé par le ministère de l’Habitat.

   L’Algérie compte réaliser plus de 800.000 logements en 2013 et 2014 en recourant aux entreprises étrangères pour faire face au déficit de moyens de réalisation nationaux dont la capacité ne dépassait pas 80.000 logements/an à la fin 2012.

(APS)

Repost 0
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 20:53

ALGER - Le ministère de l’Habitat vient d’alléger les conditions requises pour l’octroi d’agrément pour l’exercice de la profession de promoteur immobilier, notamment par l’annulation des exigences de diplôme universitaire et la souscription d’une assurance sur l’activité.

   En vertu du décret exécutif n°12-84 du 20 février 2012 fixant les modalités d’octroi de l’agrément pour l’exercice de la profession de promoteur immobilier, le postulant à l’agrément doit justifier de ressources financières suffisantes.

   Il doit être âgé de vingt-cinq (25) ans au moins, de nationalité algérienne, présenter les garanties de bonne moralité et jouir de ses droits civiques.

   Le candidat à l’agrément ne doit pas être frappé d’une des incapacités ou interdictions d’exercer.

   Outre ces conditions, la règlementation précédente exigeait du postulant à l’agrément de faire valoir un certificat d’études supérieures d’architecture, de droit, de finances ou de commerce ou quelque autre spécialité technique favorisant l’exercice de la profession de promoteur immobilier.

   La souscription d’une police d’assurance pour ses activités était requise par le décret exécutif du 20 février 2012.

   Auparavant l’activité de promoteur immobilier n’était pas subordonnée au préalable d’agrément.

   Les promoteurs immobiliers ont réclamé l’annulation des conditions prévues par le décret de février 2012 expliquant que le problème d’agrément les a privés des permis de construire et des prêts bancaires.

   Le ministre de l’Habitat a déclaré récemment que la facilitation des mesures prévues par la loi régissant la profession de promoteur immobilier a permis l’octroi de 700 à 800 agréments.

(APS)

Repost 0
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 21:39

   " Le président de la République a décidé de reconduire la formule location vente de logements et d'injecter un quota de 150.000 logements avec l'introduction d'un nouveau segment à savoir le logement promotionnel public (LPP) pour dépasser le cap des 24000 DA par mois pour permettre l'accès au logement social à plus de citoyens bénéficiaires à revenus intermédiaires " a déclaré hier Boulares Ali, secrétaire général du ministère de l'Habitat et de l'Urbanisme ; lors de l'ouverture des travaux de la 11éme assemblée générale des promoteurs immobiliers, organisée à Alger par le Fonds de garantie et de caution mutuelle de la promotion immobilière (FGCMPI) dans le cadre de la mobilisation générale de tous les moyens et acteurs de l'acte de bâtir en vue d'atteindre les multiples programmes de logements à réaliser dans les délais, à l'horizon 2014.

   Ce segment de logement social locatif, le LPP est destiné, dit-il, à des revenus intermédiaires, c'est-à-dire des salaires qui ne dépassent pas 12 fois le SNMG avec un crédit bancaire bonifié ; alors que dans l'ancien système d'accès, était plafonné à 6 fois le SNMG pour y accéder.

   " Le LLP est destiné donc aux citoyens ayant un salaire entre 6 fois et 12 fois le SNMG ; et cette catégorie ne reçoit pas l'aide directe de l'Etat, mais elle bénéficie néanmoins des abattements sur l'assiette de terrain par exemple ainsi que de la bonification du taux d'intérêts du prêt bancaire " a-t-il précisé.

   Ainsi 50 milliards de dollars sont mobilisés pour la réalisation d'un programme colossal d'un million de logements de type social locatif qui nécessitent d'importants moyens d'action pour leur réalisation dans le sens de respect des délais et de la qualité et dont le gouvernement Abdelmalek Sellal accorde une importance stratégique pour renforcer la paix et la justice sociale en Algérie.

   " Je suis porteur d'un message du ministre pour œuvrer sans relâche au développement de tout notre potentiel national, à  savoir les entreprises, les bureaux d'études, les producteurs de matériaux de construction ; en fin tous acteurs qui interviennent dans l'acte de bâtir afin de réussir ce programme national de logements " a-t-il indiqué.

   " Nos moyens de réalisation s'avèrent aujourd'hui insuffisants pour la concrétisation de ce programme et d'où l'appel à des promoteurs immobiliers méditerranéens dans le cadre des relations de partenariats et d'investissements avec des opérateurs nationaux publics et privés " a-t-il ajouté.
  

   Dans le cadre de l'activité de garantie durant l'exercice 2011, le fonds de garantie et de caution mutuelle de la promotion immobilière a examiné 455 dossiers de demande de garantie et 950 demandes d'avenant aux attestations déjà émises ; il a délivré en outre 387 attestations et 884 avenants.

   Les garanties accordées couvrent 26649 logements et 39531 M2 de surface à usage commercial.

   Créé en 1997, le FGCMPI est une mutuelle de promoteurs à but non lucratif, dont le rôle consiste à garantir les paiements effectués sous forme d'avances à la commande par les futurs acquéreurs de logements dans le cadre d'une vente sur plan.

   Ce Fonds compte actuellement 1.841 promoteurs dont 233 publics et 1.608 privés. "Ce chiffre est appelé à augmenter compte tenu de l'obligation d'adhérer au Fonds introduite par la nouvelle loi 11-04 relative à l'activité immobilière", a expliqué M. Belhadj.

Meziane Atmani

Repost 0
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 22:26


ALGER - Le président de la république, Abdelaziz Bouteflika, a souligné, jeudi à Alger, la nécessité de refonder le cadre légal régissant l’urbanisme et la construction et a exhorté les acteurs du secteur à rompre avec le modèle de construction de "cités dortoirs".

   Dans un message adressé aux participants à la cérémonie de remise du Prix national d’architecture et d’urbanisme, M. Bouteflika a estimé que malgré "les moyens financiers considérables" consacrés par l’Etat au bien-être social, "la construction de logements s’est souvent limitée à l’aspect quantitatif, une approche qui a donné lieu à l’émergence de cités dortoirs qui n’ont fait qu’élargir les disparités et renforcer les sentiments de frustration et de marginalisation sociales".

   Pour le président de la République "la grande pression et l’urgence en raison de la demande toujours croissante en matière de logements, ne saurait nous empêcher d’aboutir au modèle d’habitation auquel nous avons toujours aspiré dans le respect des principes de l’architecture traditionnelle et des normes techniques de modernité".

   "Alors que nous consacrons des moyens financiers considérables au développement du bien-être social, il est important qu’à tous les niveaux, les acteurs concernés, parmi lesquels les architectes et les urbanistes jouent un rôle déterminant en se mobilisant pour assurer le meilleur impact à ces efforts", insiste le Chef de l’Etat.

   A cet effet, il recommande "la refondation du cadre légal régissant les opérations d’urbanisme et de construction", soulignant que "l’heure est à la créativité, à l’innovation et à la planification à toutes les échelles".

   "Nous exhortons dans ce but les architectes et les urbanistes à trouver les remèdes pour panser les plaies des cités de logements conçues dans l’urgence" et à "inventer de nouveaux modèles d’habitats en réutilisant avec intelligence les architectures et formes urbaines qui assurent la symbiose entre le passé et la modernité en s’inspirant de nos traditions que nous voulons préserver et valoriser", poursuit le Chef de l’Etat.

   Il s’agit donc de "revisiter" dans une perspective globale, les dispositifs qui encadrent et organisent le développement et la gestion du cadre urbain de les conformer aux exigences de qualité, recommande-t-il.

   "Aujourd’hui, la ville algérienne doit faire face à des contraintes multiples et inédites, tels l’étalement urbain, la littoralisation, l’évolution des modes de vie, la nécessaire réhabilitation du patrimoine ancien et notamment, le respect des impératifs environnementaux", insiste M. Bouteflika.

   Le président de la République insiste encore sur "le rôle fondamental à jouer par les architectes et les urbanistes dans les changements que nous voulons promouvoir".

   Pour le Chef de l’Etat "l’attribution du Prix national d’architecture et d’urbanisme est l’occasion de réaffirmer l’intérêt du gouvernement pour la promotion de ces deux modes de production du cadre bâti".

   "L’urgence est, sans doute, venue d’accorder à l’architecture et à l’urbanisme l’attention qu’ils méritent pour le rôle qu"ils ont à jouer pour redonner à notre pays un visage digne de son passé et capable de susciter la fierté de nos générations présentes et futures", indique M. Bouteflika.

   Pour le président de la République, cette cérémonie est une occasion "de définir les conditions permettant la libération des capacités créatrices des architectes et d’esquisser les perspectives de promotion de la qualité de la production architecturale".

(APS)

Repost 0
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 18:55


ALGER - Le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, M. Abdelmadjid Tebboune, a posé samedi à Alger la première pierre d’une usine algéro-italienne de construction de logements préfabriqués d’une capacité de 2.000 unités par an.

Implantée dans la zone industrielle d’El Harrach, cette usine sera le premier établissement de la joint venture nouvellement créée sous le nom de "l’Algérienne Italienne de la construction" (AICOST), alors que d’autres usines sont également prévues dans les prochains mois afin de renfoncer la capacité de production cette entreprise mixte.

Le capital social de AICOST est de 400.000 dinars, alors que la souscription en numéraires sera de 20.000.000 dinars.

La société publique ECOPROM (filiale de la SGP INDJAB) détient 51% du capital de AICOST, contre 49% pour la société italienne Construzioni E Servizi SPA.

Cette usine, dont la livraison est attendue en juin 2013, fabriquera des éléments de construction innovants, notamment les panneaux préfabriqués (modulaires), avant de les monter sur chantiers en bâtiments de 5 à 15 étages.

Sa capacité de construction est d’une moyenne de 400 m2 par semaine, ce qui permettra de réaliser 2.000 logements par an. Cette capacité initiale sera ramenée à 4.000 logements/an, après le lancement d’une deuxième usine.

Outre la réduction des délais de réalisation de 30%, les constructions seront caractérisées par une meilleure isolation thermique et acoustique, ainsi qu’une meilleure sécurité grâce à leurs structures résistantes aux séismes.

Des sessions de formations sont prévues pour les ingénieurs et employés de AICOST en Italie, puis en Algérie sur chantiers.

"Le lancement de cette usine s’inscrit dans le cadre du renforcement des capacités de la production nationale, notamment par des partenariats fructueux avec des pays ami comme l’Italie", a déclaré M. Tebboune lors de la cérémonie de lancement de l’usine.

"L’objectif est de développer le logement, de moderniser sa construction, et de le réaliser d’une manière industrielle", a-t-il ajouté. Concernant la qualité des logements, le ministre a souligné que le Centre national d’étude et de recherche intégrée du bâtiment (CNERIB) n’a exprimé que des appréciations "positives", car "le processus de fabrication est basé sur les techniques les plus avantageuses, les plus avancées sur le plan technologique". D’autres usines identiques seront également attendues durant le premier semestre 2013.

"Les entreprises de construction privées algériennes participeront aussi à ce programme, en dépit de leurs vieilles techniques, mais elles sont appelées à moderniser leur procédé en nouant des partenariats avec des entreprises étrangères", a précisé M. Tebboune. Par ailleurs, deux autres usines algéro-portugaises sont également prévues à Annaba et Oran, avec une capacité de 10.000 unités par an pour chacune d’elles, pour réaliser des projets de logements prévus dans la nouvelle ville d’Oran (1.500 hectares) et la nouvelle ville de Draa Errich de Annaba (1.400 hectares).

Le gouvernement, qui s’apprête à lancer des projets de réalisation de 800.000 logements durant les deux années prochaines, a entamé des discussions avec plusieurs pays pour prendre en charge une "bonne" partie des projets de logements publics, à travers la création d’entreprises mixtes régies par la règle des 51/49%.

La feuille de route de ces partenariats comprend notamment l’introduction des techniques modernes de construction ainsi que la formation du personnel algérien.

(APS)

Repost 0
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 22:20

Le gouvernement algérien a adopté une nouvelle stratégie afin de répondre au fort niveau des demandes de logements.

   L'Algérie, qui s'est engagée à construire 1,2 million de nouveaux logements à l'horizon 2014, s'est associée à des consortiums internationaux afin d'être en mesure d'accélérer ce processus et d'améliorer la qualité de ses constructions.

   Au cours d'ateliers de travail organisés le 2 décembre à Tipaza, une douzaine d'entreprises américaines se sont dites prêtes à mettre en place des partenariats pour participer aux projets de construction de logements publics en Algérie, sur la base des "exigences locales".

   "La délégation américaine constituée de trois consortiums est venue en Algérie avec pour objectif de former des partenariats avec des opérateurs algériens pour mettre en oeuvre une partie du programme de logement public, dansle respect des exigences et des normes locales", a expliqué Smail Chikhoune, président du Conseil d'affaires américano-Algérien.

   "Notre système a la capacité de construire de grands immeubles dans des délais très courts et nous garantissons également une maintenance à long terme", a déclaré Kurt Anderson, représentant du consortium Ticon. "De plus, 15 pour cent des profits réalisés par ces projets seront investis dans le secteur humanitaire à travers tout le pays".

   Selon les chiffres du ministère du Logement, 38,2 milliards d'euros ont été alloués au programme 2010-2014 de construction de nouveaux logements. Le pays est actuellement en mesure de construire 80 000 unités par an, ce qui est insuffisant.

   C'est la raison pour laquelle le gouvernement s'est décidé à faire appel à des entreprises étrangères, qui devront donner la garantie de livrer un travail de construction rapide et de haute qualité.

   Le ministère a fait savoir que le projet de la construction de 800 000 nouveaux logements sera lancé, afin de répondre au "fort niveau des demandes".

   Ce programme prévoit la construction de 450 000 logements publics en location, de 230 000 logements en location-vente, et de 120 000 qui seront subventionnés par l'Etat.

   Au cours des six premiers mois de 2013, le gouvernement relancera les programmes de l’Agence nationale de l’amélioration et du développement du logement (AADL), destinés à construire 150 000 logements en location-vente, a ajouté le ministre. C'est ce type de logements qui suscite le plus grand intérêt des classes moyennes.

   Le 5 novembre, le gouvernement algérien a signé un accord cadre portant sur la création d'entreprises mixtes algéro-espagnoles qui auront pour tâche de construire quelque 50 000 nouveaux logements en Algérie. Une convention similaire a été signée avec le Portugal. D'autres pays, dont l'Italie et la France, ont également fait savoir qu'ils étaient intéressés.

   Le secrétaire général du ministère du Logement, Ali Boulares, a déclaré à Magharebia qu'au-delà de l'amélioration de la qualité des constructions, son ministère désire voir une meilleure intégration dans le secteur national de la construction des petites et moyennes entreprises, et qu'il veut, en particulier, créer des emplois pour les jeunes.

   Le ministère a également annoncé un certain nombre de mesures qui pourront garantir une allocation juste de ces logements, de manière à ce que personne ne puisse bénéficier plus d'une fois du programme mis en place.


   Il a par ailleurs souligné que tous ceux qui ont d'ores et déjà bénéficié d'un logement social, subventionné, rural ou autre, ne pourront présenter de dossier de candidature à une habitation AADL ou autre."Toutes les candidatures à un logement seront vérifiées par une base nationale de données, conformément au principe selon lequel chaque citoyen ne peut bénéficier qu'une seule fois du soutien de l'Etat", a expliqué le ministre du Logement Abdelmadjid Tebboune.

   La population est impatiente de voir ce projet mis en oeuvre.

   "J'espère que ces projets nous permettront de réaliser notre rêve de devenir propriétaires", a déclaré Mahmoud M’hamsadji à Magharebia.

Par Mouna Sadek pour Magharebia à Alger

Repost 0
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 19:41

  La 7ème édition du salon national du bâtiment et de la construction, "SétifBat 2012", sera ouverte lundi prochain à Sétif, a-t-on appris des organisateurs.

   Cette manifestation de 4 jours qui se tiendra au palais des expositions de la cité Maâbouda, à l’initiative de l’entreprise Batimatec Expo, en collaboration avec la Société algérienne des foires et exportations (SAFEX) et la wilaya de Sétif, rassemblera une quarantaine d’exposants entre entreprises du BTPH (bâtiment-travaux publics-hydraulique) et bureaux d’étude.

   Le salon qui se fixe pour objectif de faire connaître les capacités du pays en matière de BTPH, ainsi que les opportunités d’emploi offertes par ce secteur stratégique, "ambitionne de devenir, au fil du temps, un rendez-vous national des affaires à travers la promotion des échanges commerciaux et du partenariat", ont indiqué les organisateurs.

   Cette manifestation a acquis, selon eux, une grande importance eu égard à ce qu’elle offre comme "opportunités d’échanges d’expériences entre entreprises activant dans le domaine de la construction, leur permettant de s’informer de près sur les évolutions et les nouveautés dans le domaine du bâtiment".

   Une journée d’étude technique animée par des experts, avec la participation de managers d’entreprises, ainsi que de représentants d’organismes spécialisés est également prévue en marge de ce salon.

APS

Repost 0
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 20:57

La liste des souscripteurs en phase de révision

   Les Offices de promotion et de gestion immobilière (Opgi) sont à pied d’œuvre pour l’élaboration des listes des bénéficiaires de logements dans le cadre des différentes formules d’aides (LSP, LPA, le logement social, recasement) et autres projets promotionnels par le biais de la Cnep.
   Sur instruction du ministère de l’Habitat, les Opgi sont tenues d’établir des fichiers à adresser par la suite au ministère qui transférera à l’Agence nationale de l’aménagement et du développement du logement (Aadl). 
   Ces fichiers serviront de base pour l’assainissement des dossiers en attente d’être réglés dans les programmes 2001 et 2002. C’est ce que nous avons appris auprès d’une source proche du dossier.
   Le souci étant d’éviter des affectations Aadl à ceux ayant réussi à bénéficier de l’aide de l’Etat pour l’accès au logement.
   Car, faut-il le noter, ils sont nombreux à avoir eu recours aux formules proposées dans l’attente des réponses de l’Aadl. Ils sont également nombreux à avoir bénéficié de relogement dans le cadre des opérations de recasement lancées au cours de ces dernières années.
   Connaissant l’ampleur du problème de logements en Algérie et le manque de confiance en l’Administration, les citoyens ne se contentent pas de déposer une seule demande ou d’opter pour une formule. Mais, pour optimiser leurs chances, ils multiplient les demandes à cet effet. Entre temps, de 2001 à aujourd’hui, des souscripteurs aux logements Aadl qui n’ont pas vu leurs dossiers réglés ont entrepris d’autres démarches.
   Parmi, ces derniers, il y aurait eu ceux qui ont fini par avoir leur logement par le biais de l’aide de l’Etat. Ce sont ceux issus de cette catégorie que le ministère cherche à identifier à travers l’instruction adressée aux Opgi, faute d’un fichier national exhaustif du logement. Si le travail à faire à ce niveau ne nécessite pas beaucoup de temps, l’opération dans sa globalité à savoir l’assainissement pourrait durer connaissant les lenteurs administratives.
   Ce qui risque de prolonger l’attente des souscripteurs aux logements location-vente de l’Aadl qui n’ont pas encore obtenu de logement dans d’autres formules.À ce sujet, faut-il rappeler que le ministre de l’Habitat, Abdelmadjid Tebboune, a annoncé le lancement de la réalisation de quelque 150 000 logements Aadl avec des partenaires étrangers.
   Des entreprises espagnoles, portugaises, françaises et italiennes sont intéressées par ce projet . Les Portugais vont d’ailleurs construire au minimum, 50 000 logements Aadl dans la nouvelle ville de Sidi Abdallah. Et ce, dans le cadre d’un partenariat stratégique à travers la création de sociétés mixtes algéro-portugaises (joint-venture 51-49%). Un mémorandum a été signé à cet effet le 29 octobre dernier. Les travaux devraient commencer avant la fin de l’année en cours. 
Samira Imadalou
Repost 0
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 16:30

   Pas moins de 350 exposants entre nationaux et étrangers prennent part à la 9ème édition du Salon international du logement, de l’immobilier, du bâtiment et des travaux publics (Logibat), ouvert mercredi au palais des expositions à haï Medina Jdida (Oran).

   En plus de la Turquie, invitée d’honneur de cette édition, treize pays en majorité européens (Autriche, Espagne, France, Italie, Portugal, Pologne) et la Tunisie participent par le biais de groupe d’entreprises à ce rendez-vous, a souligné Zoubir Ouali, directeur général de la Sogexport, co-organisateur de ce salon professionnel.

   Un rendez-vous spécialisé qui gagne en notoriété, surtout compte tenu de l’ampleur des projets d’investissement (14 milliards de dollars) programmés pour le Grand projet urbain d’Oran dont 15.000 logements promotionnels pour la ville d’Oran, en plus d’autres projets immobiliers liés à sa mise à niveau et sa modernisation, a-t-il poursuivi.

   Cette manifestation économique a également comme objectifs de créer un climat d’échanges d’expériences, de sceller des relations d’affaires entre opérateurs et sortir avec des accords de partenariat, a encore expliqué ce manager.

   Selon le président de l’association de la communauté d’affaires algéro-turque en Algérie, Muhammed Sarisoy, qui œuvre à la promotion du partenariat entre les opérateurs économiques des deux pays, quelque 31 usines dont 16 livrées clefs en main ont été implantées en Algérie.

   La nouveauté dans cette édition est la participation des banques telle que la Banque nationale d’Algérie, a fait observer, par ailleurs, un jeune couple.

   "C’est un pas de plus pour accompagner les promoteurs et les citoyens", a-t-il ajouté, l’air confiant d’acquérir un logement avec la formule du taux bonifié de 1 pour cent mis en place.

   Logibat présente de nouveaux projets promotionnels haut standing qui seront bientôt lancés, dont celui de "la résidence d’Oran", une tour de 26 étages qui sera édifiée à proximité de "Bahia center".

   A Rappeler que 320 exposants ont participé à la précédente édition.

APS

Repost 0
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 21:32

ALGER - Près de 3.500 milliards de dinars (47,2 milliards de dollars) sont consacrés par l’Etat pour répondre à la demande sociale en matière d’habitat dont le programme de réalisation est passé à 2,5 millions de logements, a indiqué lundi devant les parlementaires le Premier ministre, Abdelmalek Sellal.

   Selon le Premier ministre, ’’il est vital pour le développement socio-économique du pays de réduire la pression sociale sur le logement par de nouveaux programmes’’ de logements publics locatifs, estimant que la résorption de la crise du logement ’’est la mère des batailles’’.

   Outre le retour à la formule de la ’’location-vente’’ avec un programme de construction de 150.000 logements de type AADL, le gouvernement compte également, pour renforcer les moyens de réalisation des programmes de logements toutes formules confondues, encourager le partenariat avec des entreprises étrangères spécialisées dans le bâtiment.

   "Nous avons déjà attribué un quota de 100.000 logements à des sociétés étrangères, et nous comptons accorder d’autres quotas avec des mécanismes de construction intégrés contenant tous les équipements publics nécessaires (écoles, marchés, postes police,....) à des partenaires étrangers, a affirmé M. Sellal dans sa réponse aux députés sur le plan d’action du gouvernement.

   Le recours aux moyens étrangers de réalisation est devenu une nécessité du fait des difficultés des entreprises algériennes à répondre à la commande publique en matière de construction de logements, a reconnu le Premier ministre.

   Le chef de l’exécutif a, en outre, mis l’accent sur la nécessité de "mettre fin à la problématique de la distribution de logements".

   En fait, le gouvernement ambitionne de concrétiser l’engagement de livrer 1,2 million de logements durant la période 2010-2014, alors que les 1.281.000 logements, dont la réalisation a été engagée, sont soit achevés (491.000 unités) soit en cours de réalisation (790.000 unités).

   Le programme quinquennal global 2010-2014 prévoit la réalisation de 2.450.000 logements dont 1 million de logements publics locatifs à caractère social, 900.000 logements ruraux et 550.000 logements promotionnels.

   Le plan d’action prévoit également l’achèvement en 2014 du programme de 381.000 logements neufs inscrits au titre de la résorption de l’habitat précaire.

   Le gouvernement promet de veiller, en outre, à ce que l’ensemble des autorités publiques responsables de la conduite des programmes de logements soient effectivement à l’écoute des préoccupations des citoyens à travers leur participation à la mise en œuvre des politiques publiques de logement.

   M. Sellal avait affirmé, lors de la présentation de son plan d’action, que "nous donnerons un nouveau souffle au logement locatif car beaucoup de citoyens ont déposé des dossiers (auprès de l’Agence d’amélioration et de développement du logement (AADL) restés sans suite car le programme prévoyait 20.000 logements seulement".

   Par ailleurs, le gouvernement se propose de poursuivre ses efforts d’intensification de la production de logements par l’inscription de nouveaux programmes de logements publics locatifs, compte tenu de la pression persistante de la demande notamment sur le logement à caractère social.

   Devant les membres de l’APN, M. Sellal a particulièrement insisté sur la volonté de son gouvernement de favoriser et faciliter pour les citoyens l’accès à un logement décent, une des priorités du programme quinquennal du président.

   Et, plus globalement en matière d’habitat, le gouvernement s’est engagé à "oeuvrer à éradiquer l’habitat précaire et satisfaire au maximum la demande en logement".

(APS)

Repost 0

Présentation

  • : Boualem Demdoum
  • Boualem Demdoum
  • : Auteur: Ouvrage Agence Immobilière entre Promotion et Gestion 2009
  • Contact

Emission TV

Emission Chaine TV 4

 


 

http://youtu.be/UTYzC6CGIbQ

Recherche